EQUIPE 1 : EPIGENETIQUE ET DYNAMIQUE DES SYSTÈMES DE MÉMOIRE

Anne-Laurence BOUTILLIER

Responsable d’équipe

Anne-laurence BOUTILLIER
DR CNRS

laurette@unistra.fr
03.68.85.19.34

Responsable d’équipe

Jean- Christophe CASSEL
PREX UNISTRA

jcassel@unistra.fr
03.68.85.19.52

 

Les recherches de l’équipe sont centrées sur la dynamique fonctionnelle de la consolidation d’une trace mnésique et sur les mécanismes moléculaires et cellulaires – particulièrement les mécanismes épigénétiques – responsables des déficits de mémoire dans les maladies neurodégénératives (maladie d’Alzheimer et maladies apparentées, démences à corps de Lewy et fronto-temporales, maladie de Huntington).

Nous étudions les mécanismes fondamentaux qui gouvernent les processus mnésiques, avec un intérêt particulier pour l’axe hippocampo-cortical et le rôle des noyaux réuniens/romboÏde dans la consolidation systémique d’une mémoire spatiale, ou l’axe hippocampo-striato-cortical dans la consolidation systémique d’une mémoire procédurale  (engagement/désengagement des structures ; coopération vs. compétition ; flexibilité comportementale) à l’aide de tests comportementaux dédiés, couplés à des approches lésionnelles (excitotoxiques, lésions sélectives ou traçages par injections d’AAV).

Les projets associés:
Jean- Christophe Cassel / Anne Pereira de Vasconcelos / Aline Stéphan Implication des noyaux thalamiques rhomboïde et reuniens dans la régulation des interactions hippocampo-corticales dans la constitution d’un souvenir durable (mémoire spatiale, mémoire de préférence alimentaire,…)

Nous recherchons des signatures épigénétiques / transcriptomiques associées à la formation d’une mémoire ou à la pathologie (analyses intégrées par séquençage haut-débit : RNA-seq, ChIP-seq…), dans des régions/cellules spécifiques du cerveau (FACS/FANS/tri par billes magnétiques) à partir de modèles animaux transgéniques (souris THY-Tau22, Thy1-SNCA, FUS∆NLS, HD R6/1, HD KI-Q140,…).

Les projets associés:
Anne-Laurence Boutillier Maladie d’Alzheimer, maladies apparentées et axe hippocampo-cortical (TAU-opathies, FUS-opathies).
Anne-Laurence Boutillier Nouveaux modèles de Maladie à Corps de Lewy.
Karine Merienne : Rôle des régulations épigénétiques dans la maladie de Huntington.

Les maladies neurodégénératives que nous étudions sont à l’heure actuelle incurables et de nombreux tests cliniques ont récemment échoué. Nos recherches en neuro-épigénétique pourraient apporter de nouvelles pistes thérapeutiques. Ces thématiques affichent clairement une volonté d’aller vers des aspects translationnels et cliniques. La connaissance de ces mécanismes va nous permettre de trouver des cibles pour améliorer les capacités mnésiques et la plasticité, soulager les symptômes neurologiques et ralentir la progression de la maladie, ou de découvrir de nouveaux biomarqueurs de celle-ci. Ainsi, les études menées dans notre équipe comprennent une caractérisation allant de l’échelle moléculaire à l’échelle comportementale.